PLATE SPINNING ACT Plate Spinning Act Plate Spinner Jongleur Comique Artiste de Cirque Artiste de Cabaret Numéro visuel spectacle JONGLEUR AU PLUS GRAND CABARET DU MONDE David Burlet

Plate Spinning Act Jongleur Comique Artiste de Cirque Artiste de Cabaret Numéro Visuel Circus Performer Entertainer Juggling Comedy

FR - ENG

Baseball Juggler | Juggling Piano | Boboss the clown | Circus Franconi

Sortie culturelle dans Paris

par LAURENT VIDAL sur 6 MAI 2011



  A la Gaîté Montparnasse, il est 20h et Laurent s’apprête à découvrir Warren Zavatta, qui n’est autre que le petit fils du célèbre clown de la piste aux étoiles: Achile Zavatta ! Durant une heure et quart, Warren ce comédien, musicien, jongleur, acrobate et romano des temps modernes ne renie rien. Il ose tout dans cette performance spectaculaire, drôle et caustique. Il met à mal avec sincérité et humour le « merveilleux » monde du cirque dans lequel il a grandi à ses dépends.


Un véritable moment de rire où l’émotion a entièrement sa place. C’est un véritable hommage à sa famille de sang et de métier. Laurent soupçonne Warren de profiter de ce one man show pour réaliser une sorte de thérapie, ce qu’il fait en grand professionnel. Quel bonheur, quel talent !

Gros clin d’oeil à Mr David Burlet surnommé Pasd’chèque ! qui réalise lui aussi en première partie une performance incroyable et presque invisible tellement le naturel et le talent sont au rendez vous !



Le Sévrien

Septembre 2011

Portrait David Burlet

Jongleur burlesque


Voilà bientôt trente ans que ce phénomène du jonglage réinvente dans le rire et avec une liberté absolue l’une des plus anciennes disciplines des arts du cirque.


Après les assiettes, les verres, les petites cuillères et les boites, David Burlet défie, toujours avec le même humour, les lois de l’apesanteur et de l’équilibre avec des battes et des balles de baseball. Est-ce un sport, un jeu, ou un art ? En antipodiste accompli, David nous démontre que la jongle est un peu de tout cela à la fois. A peine débarqué de l’avion qui le ramène des USA, où il a fait le show dans les gigantesques stadiums pendant tout l’été, il continue à s’entraîner dans le gymnase qu’il loue à la ville, tout près de chez lui, sur les hauteurs de Sèvres. «  J’ai acheté cet appartement il y a presque trois ans, j’adore cet endroit, la forêt est à deux pas, c’est calme et près de Paris. »


Enfant de la balle. Stature imposante et sourire traversant, ce grand gaillard à l’allure juvénile n’est autre que l’arrière-arrière-arrière… petit-fils des Franconi. Une longue dynastie d’écuyers, la plus ancienne certainement, qui, aux côtés de l’Anglais Philippe Astley, a donné, sous Napoléon III, ses lettres de noblesse au cirque français. Malgré cet héritage circassien, la première vocation de David Burlet n’était pas l’acrobatie. « J’ai d’abord voulu être DJ, cascadeur, comédien, j’ai même tourné dans quelques téléfilms quand j’avais dix ou douze ans… Bien sûr, mon père – le cultissime clown Boboss – m’a appris à jongler, mais je faisais plutôt ça comme un sport. L’envie du spectacle m’est venue en allant voir mes amis se produire en public et surtout en entendant les applaudissements. L’amour propre a dû parler. J’ai démarré à Bagatelle, sous le chapiteau familial à 16 ans. Très vite, je suis passé à la comédie, avec des numéros d’assiettes comiques. » Il faut le dire l’humour est sa marque de fabrique. On l’a vu au Grand Cabaret de Patrick Sébastien, puis enchaîner les plateaux télé avec Stéphane Bern ou Nikos Aliagas. Il a même fait la première partie de Patrick Bruel à l’Olympia, sa prestation lui a valu 15 minutes dans le bonus de son disque, « Entre-Deux ». Il a aussi créé et interprété un personnage pendant trois mois au théâtre de la Gaité Montparnasse avec son ami Warren Zavatta.


Jongleur de Base-ball. Depuis qu’il jongle, David a parcouru la planète, toujours en quête d’idées et d’objets insolites à faire voler dans les airs ou à faire tournoyer avec ses pieds. « J’ai fouillé dans toutes les directions, avant d’opter pour l’univers sportif. J’ai vu que le base-ball n’avait jamais été exploré en jonglage, j’y suis allé. Lair de rien, l’idée a germé il y a 20 ans et j’ai présenté quelque chose de construit il y a un peu plus de dix ans. » Hop, hop, hop… Cela paraît pourtant si simple ! Cet été, son talent l’a conduit aux USA pour jouer en « vedette française » devant plus de 10 000 spectateurs survoltés, la veille des matchs de Minor League de Baseball.

« Tout irait vraiment pour le mieux, poursuit David pour conclure, si mes parents, qui avaient le Cirque Alexandra Franconi dans le parc de Saint-Cloud, avait pu conserver l’emplacement qu’ils occupaient depuis 22 ans. On leur a annoncé l’hiver dernier qu’ils ne pouvaient pas rester. Si la famille ne trouve pas de place pour monter le chapiteau, il faudra fermer le cirque. » Ce serait la disparition de 240 ans d’histoire et de tradition.


Amélia Vilar Del Peso